Mernissi Homepage
Fatema Mernissi






Youssef Madad

Né dans le quartier de Derb Sultan à Casablanca, Youssef Madad, eut d'abord une enfance mitigée entre la popularité environnante du quartier et l'éducation stricte et disciplinée du ses parents, avant d'intégrer à l'âge de seize ans les premières cellules de la S.N.L. et, prisant cette mouvance, d'engager peu après à côté de son grand frère dans le mouvement de la gauche, pour dénoncer les injustices de la société de l'époque.

"Moi (disait son frère), je suis entré à l'école en 1957. A cette époque, on avait multiplié par dix les capacités de scolarisation. Et j'ai eu le privilège d'être dans une école privée créée par le parti de l'Istqlal à Derb Sultan, un quartier populaire de Casablanca. Tous les professeurs étaient des militants de ce parti. Nous étions vraiment formés, civilement et politiquement. En classe, on avait même crée un gouvernement et un parlement, on discutait de tout : de nationalisme, de la Palestine, de l'impérialisme, de l'Occident " (Mohammed Madad, Propos recueillis par Nadia Dobrovski. Rebue "L'Autre Journal", Paris, 4 septembre 1990)

Ayant échappé à la vague des arrestations don fussent victime une centaine de militants, y compris son frère, et ayant obtenu sa licence en philosophie, sa famille se presse de l'envoyer, à sa charge, terminer ses études en France, vu qu'il n'a pu bénéficier de bourse. Après avoir décroché son D.E.A. de la Sorbonne en philosophie, il entame une thèse de 3ème cycle. Goûter à l'émerveillement de l'occident, lui suscitât pourtant le sentiment de mener le rythme de l'imbécile heureux, lui qui portait en lui la déchirure de son passé.

De nouveau au Maroc vers l'année 1987, il refuse de travailler dans une université gardée par les "awaks", et intègre le domaine privé du commerce ou il fait développer ses capacités de manager fait briller ses dons de dessinateur en donnant au carreau traditionnel marocain une nouvelle allure, crée sa propre unité de production.

Se mariant à une ex-détenue politique, il renoue cette fois-ci avec la société civile engagée dans les chantiers de l'action sociale et contribue à la fondation de l'Observatoire Marocain des prisons, dont il est membre du bureau exécutif. Responsable de la commission de la communication il écrit une série d'articles parus dans plusieurs journaux et revues pour sensibiliser l'opinion publique sur les différents problèmes du monde carcéral et se charge de rédiger le premier rapport de l'Observatoire issu des visites directes dans ses établissement.

Chroniqueur dans un journal hebdomadaire, il renoue avec sa femme à l'édition d'un livre sur un groupe de femme ex-détenues du Moyen Atlas suite aux événements Moulay Bouazza en Mars 1973 en apportant un éclairage historique sur le contexte de ses événements. Croyant profondément au potentiel de la société civile, et en collaboration avec les femmes de l'A.M.D.F., il fait appel aux jeunes pour intégrer les associations civiles en dans un guide qu'il a intitulé "Voulez-vous créer une association, que faire ?"


Back to
Portraits Overview

Youssef Madad


Related Links:

L'Observatoire Marocain des Prisons

Ateliers d'écriture: "Que sont-elles devenues?"
Femmes ex-détenues du Moyen Atlas ("Moulay Bouazza")


| HOME | BOOKS | ARTICLES | CIVIL SOCIETY | GALLERY | EVENTS | CONTACTS |