Mernissi Homepage
Fatema Mernissi






Le mystère Mustapha Mekaoui

Mekaoui: L'étranger
L'étranger

Comment repérer un artiste qui méprise argent et publicité ?

Quand j'ai réalisé cet après-midi de l'hiver 2004 que mon collègue, le Professeur Kamal, que je n'avais pas vu depuis trois ans, était en pleine dépression, j'ai décidé de l'emmener au Complexe des Potiers d'Oulja à Salé. Plonger un dépressif dans l'univers de l'imagination créatrice des artisans, où des potiers, par exemple, transforment sous vos yeux de la boue en magnifiques objets qu'il faut payer cher, est une des meilleures cures pour lui remonter le moral. Mais, à ma grand surprise, c'est une peinture et non la poterie qui l'a fasciné dès qu'on a mis les pieds chez Morocco Magic, un des magasins dont le directeur, on le saura plus tard, encourage les créateurs en exposant une grande diversité de produits artistiques. Des sirènes, qui rappelaient la Aicha Kandisha mythique de mon enfance, nageaient autour d'un sanctuaire qui flottait sur une plage, dans un paysage bleu surréaliste où ciel, terre et océan fusionnaient en harmonie. Le problème est que Kamal n'avait entre les mains qu'une carte postale de la peinture qui portaient un titre intrigant : Testaments Secrets et le nom du peintre : Mustapha Mekaoui.
Mekaoui: Magie
Magie
" Est-ce qu'on peut voir l'original de cette peinture ? " demanda au caissier Kaml tout excité, après avoir acheté une dizaine de carte postales de Mekaoui, comme pour renforcer la vision de rêve qu'il tenait dans sa main et l'empêcher de s'évanouir.
" Je ne vends que les cartes postales de ce peintre, " répondit le caissier qui voulait couper court à la conversation pour servir la longue queue de clients sagement alignés devant son comptoir, spectacle rare au Maroc. " D'ailleurs, ajouta-t-il, l'artiste qui a déposé ces cartes chez nous il y a plus d'un an n'est jamais revenu chercher son argent et personnellement je n'ai pas son contact. "

" Un artiste aussi magnifique et vous n'avez pas son numéro de téléphone ? C'est incroyable ! " commença à crier Kamal, avec une voix énergétique qui me surprit car une heure plus tard, il était aussi muet qu'une carpe. C'est bon de traîner une personne dépressive dans l'univers de la créativité, me souffla une petite voix pragmatique, mais il faut le calmer sinon un scandale est vite arrivé.

J'ai tout simplement décidé de prendre Kamal par l'épaule comme on fait avec un enfant et je l'ai sorti de la queue en lui murmurant qu'il y avait un numéro de téléphone derrière la carte.

" Mais Fatema, ce merveilleux artiste est notre Dalí Marocain et ce monsieur trouve moyen de perdre son contact ! " s'exclama Kamal que je poussais de toutes mes forces vers la parte du magasin.

(...)
Mekaoui: Initiation
Initiation
" Donc ce n'est guère surprenant que vous compariez le mystérieux peintre de la carte postale à Dalí, continua l'étranger, sauf que Dalí qui se proclamait à la fois mystique et amateur de dollars, combinaison psychologiquement déstabilisante, affirmait que c'est des Arabes qu'il tenait son goût de luxe. Rappelez-vous qu'André Breton lui avait donné le sobriquet de Avida Dollars, qui est l'anagramme de Salvador Dalí. Or, à mon humble avis, Salvador Dalí avait tort. Car, selon moi, c'est sa spiritualité qu'il tenait de ses racines arabes. Et c'est cette rayonnante spiritualité qui vous attire dans la peinture de ce mystérieux Mekaoui ", conclut l'étranger en tapant gentiment sur l'épaule de Kamal.

(...)
" Comment expliquer qu'à l'époque d'Avida Dollars un Mustapha Mekaoui puisse exister ? " C'etait la première question que je lui ai posée la première fois que je lui ai rendu visite à Mehdia.

Et devinez quelle fut la réponse de Mustapha Mekaoui qui est né à Casablanca en 1944 d'une mère originaire de la Chaouia qui lui apportait dès le berceau les plages sacrées où les Ouled Hariz célébraient l'océan en faisant des offrandes aux multiples sanctuaires qui accueillent les voyageurs de passage sur leur territoire ?

" C'est ma mère, qui m'a appris que la valeur la plus importante de toute civilisation est l'amour d'autrui. Et quand je dis autrui, je veux dire tous les êtres humains sans distinction de race, d'ethnies ou de religion. " Comment transmettre cette valeur universelle aux générations futures bombardées par l'avalanche des messages publicitaires de multinationales qui chantent non stop l'hymne de l'Avida Dollars dans un Maroc branché sur les paraboles et leurs satellites ? C'est la question clef que cette exposition des oeuvres de Mekaoui aide le visiteur à méditer.

(...)
Extrait du préface de Fatema Mernissi du catalogue :

Mustapha Mekaoui - Mémoire de la mémoire
Coordination : Maria Battaglia
Textes: Jean-Pierre Koffel
Istituto Italiano di Cultura, Rabat, 2008



| HOME | BOOKS | ARTICLES | CIVIL SOCIETY | GALLERY | EVENTS | CONTACTS |